81% de comptes de particuliers perdent de l’argent lors de la négociation de CFD avec ce fournisseur. Les CFD sont des instruments complexes et présentent un risque élevé de perte rapide en capital en raison de l’effet de levier. 81% de comptes d’investisseurs de détail perdent de l’argent lors de la négociation de CFD avec ce fournisseur. Vous devez vous assurer que vous comprenez comment les CFD fonctionnent et que vous pouvez vous permettre de prendre le risque probable de perdre votre argent.
Régulateur CySEC fca

Vers un Nouveau Krach Boursier en 2020 ?

Juin 25, 2020 16:05 UTC
Temps de lecture: 21 minutes

nouveau krach boursier 2020 coronavirus

Alors que le coronavirus fait ralentir l'activité économique dans toute la planète, les marchés boursiers ont sombré en février et mars 2020, avant de rebondir. Alors que l'économie continue d'inquiéter et que la pandémie semble toujours, nous dirigeons-nous vers un nouveau krash boursier en 2020 ?

En effet, l'indice américain S&P 500, considéré comme la référence de la bourse mondiale, a perdu plus de 35% entre le pic du 20 février 2020 et le creux du 23 mars. Le rebond de 48% qui a suivi jusqu'au 8 juin, semble maintenant en perte de vitesse, alors que les risques économiques dus au Covid-19 ne se sont pas encore complètement éloignés, loin de là.

Alors que l'été commence, nous nous dirigeons potentiellement vers un nouveau krach boursier en 2020, les pronostics en faveur d'un automne difficile en bourse étant en hausse, c'est un scénario de plus en plus craint et envisagé parmi les analystes et les investisseurs.

TRADEZ LE KRACH BOURSIER

Définition d'un Krach de la Bourse

Quelle est la définition d'un krach boursier ? Qu'est ce qu'un crash boursier ?

Selon Wikipédia, "Un krach est une baisse brutale des prix d'une classe d'actifs, comme un marché financier à la suite d'un afflux massif d'ordres de vente".

Un krach est un "Effondrement des cours des valeurs à la bourse", selon le Larousse.

Un crash boursier fait donc référence à une chute brutale et généralement soudaine et inattendue des cours de bourse, suite à un événement qui a provoqué une panique sur les marchés financiers.

Vers un Nouveau Krach Boursier en 2020 ?

Selon plusieurs analystes, le risque d'un nouveau krach boursier en 2020 est assez important au vue de la situation actuelle et des perspectives. Un krach boursier serait imminent. Un krach boursier plus grave que le dernier krach boursier de février se prépare selon certains analystes.

L'impact du coronavirus sur l'économie devrait durer

Pour faire face aux risques sanitaires dus au coronavirus Covid-19, plusieurs économies du monde ont quasiment cessé toute activité, confinant des millions de gens chez eux, en Asie, en Europe puis aux Etat-Unis. Le virus et les mesures prises pour freiner sa propagation ont ainsi détruit des millions d'emplois dans le monde, et plongé les plus grandes économies du monde en récession.

A mesure que la pandémie était maîtrisée, les pays ont ensuite commencé à rouvrir leur économie et à reprendre l'activité, mais à un rythme progressif. Les données économiques ont alors commencé à rebondir, mais à partir de bases très faibles, la plupart des statistiques ayant atteint des niveaux historiquement bas.

Malgré la reprise, il est globalement admis que l'économie mondiale ne reviendra pas à son état d'avant crise avant au-moins 2022. Le président de la Fed américaine, Jerome Powell, lui-même partage cet avis. De plus, lors de la publication des indicateurs PMI des directeurs d'achats européens en hausse en juin, l'institut Markit IHS a noté que la reprise pourrait bien débuter au troisième trimestre, mais la force de la reprise pourrait bientôt s'estomper. Ils estiment notamment qu'il faudra probablement jusqu'à trois ans pour que la zone euro retrouve son niveau de PIB d'avant la pandémie.

Entre-temps, des entreprises pourraient continuer à faire faillite et des emplois à être supprimés pour réaliser des économies après une longue période d'inactivité qui a mis en péril beaucoup d'entreprises.

Une deuxième vague de coronavirus pourrait provoquer un nouveau krach

A cela s'ajoute les risques d'une deuxième vague de coronavirus, qui serait très destructrice pour l'économie mondiale. En effet, le coronavirus est réapparu en juin avec un nombre de cas de contaminations en hausse en Chine, alors qu'aux Etats-Unis, plusieurs Etats peuplés enregistrent encore des hausses d'infections quotidiennement. Même en Allemagne, l'un des pays qui a le mieux géré la crise dans le monde, le nombre de nouveaux cas est en hausse de nouveau.

Des territoires encore peu touchés jusque-là, comme en Amérique du Sud, connaissent également une forte hausse de la pandémie. Il en est de même en Afrique. Même si ces pays contribuent relativement faiblement au PIB mondial, la réouverture des frontières en cours dans plusieurs pays avancés apporte un risque de retour de la pandémie.

Ainsi, l'Organisation mondiale de la santé a signalé une augmentation record des cas de coronavirus dans le monde le 21 juin, avec 183 020 nouveaux cas en 24 heures, dont environ 54 000 au Brésil et plus de 30 000 aux Etats-Unis. Cela pourrait donc freiner la fébrile reprise économique qui n'est qu'à ses premiers pas.

Hausse des cas d'infections et déconfinement, le cocktail explosif ?

Au moment où le nombre de cas de contaminations repart en hausse un peu partout dans le monde, les pays continuent à se rouvrir et à assouplir les mesures de confinement. C'est notamment le cas en Europe, avec plusieurs pays qui ont entamé de nouvelles phases d'ouvertures en juin.

Mais c'est aussi le cas aux Etats-Unis, où d'un coté la ville de New York est entrée en phase 2 de déconfinement le 22 juin et où la Californie, la Floride et le Texas ont signalé plus de 4 000 nouveaux cas en une journée.

Cette contradiction, entre nécessité de reprise de l'activité économique, et nécessité de protection contre un retour de l'épidémie, semble être le plus grand danger pour les marchés boursiers durant les prochains mois.

Les investisseurs en perte de confiance

Après une période de reprise d'espoir des investisseurs, notamment face aux mesures de relance des gouvernements et surtout des banques centrales, l'inquiétude et l'incertitude semblent de nouveau peser sur les marchés financiers.

En effet, le rebond des marchés boursiers a été très rapide, peut-être trop rapide, selon beaucoup d'investisseurs. Les actions ont en effet repris rapidement le chemin de la hausse, alors que l'économie pourrait prendre beaucoup plus de temps à se remettre de cette crise, sans compter le risque d'une nouvelle rechute.

Les marchés ont pris de l'avance sur l'économie grâce à la confiance des investisseurs, mais souvent la réalité économique fini par rattraper la bourse, et c'est ce qui risque d'arriver d'ici les prochains mois, si ce n'est déjà en cours.

Un nouveau krash boursier en 2020 à cause du coronavirus semble donc de plus en plus probable, potentiellement aussi grave, voire plus, que celui de février-mars dernier. Cela deviendra de plus en plus probable à mesure que le coronavirus se propage à nouveau, et que les entreprises affichent leurs difficultés à retrouver un rythme de travail "ordinaire".

Lire aussi: Comment Gérer la Crise du Coronavirus en Bourse ?

Quand le Prochain Krach de la Bourse ?

Le prochain krach boursier pourrait avoir dès l'automne prochain si le coronavirus continue à se propager durant l'été, et que les entreprises trouvent toujours des difficultés à retrouver une activité normale. En effet, après le premier krach boursier de février-mars 2020, les marchés ont fortement rebondi entre avril et mi-juin. Cependant, ils commencent à montrer des signes de fébrilité, alors que le coronavirus fait son retour, et que les données économiques restent globalement moroses, malgré des rebonds importants à partir de niveaux très bas. Après un été qui pourrait être mouvementé en bourse, au gré des chiffres du coronavirus et des données économiques, le véritable test sera à l'occasion de la rentrée de septembre et octobre.

En effet, après une saison estivale qui peut "masquer" la réalité économique, le retour de l'activité "normale" à la rentrée montrera si l'économie mondiale est en capacité de poursuivre véritablement sa reprise, ou si elle reste encore à la traîne.

Si d'ici là les investisseurs se rendent compte que l'appareil économique est toujours en panne, un nouveau krach boursier pourrait avoir lieu. De plus, l'approche de l'élection américaine peut également jouer un rôle dans une baisse des marchés boursiers. Sans oublier le risque du Brexit qui n'est pas encore résolu, et dont l'échéance arrive au 31 décembre.

INVESTIR EN BOURSE

La Question de la Dette

Pour soutenir l'économie face aux restrictions sanitaires, les gouvernements ont énormément dépensé en 2020, et vont continuer à le faire pendant de nombreux mois. Cela va donc faire exploser les dettes des gouvernements à travers le monde.

Pour rappel, un tel scénario a été observé lors de la crise des subprimes de 2008, où les gouvernements ont beaucoup dépensé pour soutenir leur économie. Quelques-temps plus tard, en 2001, l'Europe s'est ensuite retrouvée dans une plus grave crise de la dette.

Ainsi, cela pourrait encore survenir après la crise actuelle de coronavirus, où la dette publique des pays augmente très rapidement.

L'agence de notation Moody's estime ainsi que le coronavirus va augmenter le niveau d'endettement des pays les plus riches de près de 20% en moyenne cette année. Cela représente presque le double de la hausse constatée lors de la crise financière de 2008.

Moody's note également que les pays ayant un profil de crédit plus faible seraient plus exposés à de futurs chocs économiques ou financiers.

A cet égard, le projet de l'Union Européenne de mutualiser la dette semble un élément crucial pour éventuellement éviter un nouveau krach boursier. Si le projet échoue, un nouveau crash boursier en 2020 serait encore plus probable. A ce stade, certains pays refusent qu'une grande partie du plan de relance de 750 milliards d'euros soit sous forme de subventions (500 milliards en subventions initialement prévu par la Commission européenne), au lieu de prêts.

Que faire en cas de Nouvelle Crise Boursière ?

Un krach boursier est le résultat de panique et de peur sur les marchés financiers. Un crack boursier est donc caractérisé par une forte aversion au risque.

Les mécanismes de marché observés lors des petites phases d'aversion au risque régulières, restent globalement les mêmes lors des krachs boursiers.

Lors de ces phases, les investisseurs cherchent à vendre les actifs "risqués", au profit d'actifs "refuges". On entre en mode risk-off.

Typiquement, les investisseurs vont vendre les indices boursiers et acheter des obligations et de l'or. Avec Admiral Markets, vous pouvez trader des CFDs indices, obligations et matières premières comme l'or.

C'est en profitant de ces phases de paniques, que certains spéculateurs gagnent beaucoup d'argent rapidement, en suivant ce schéma de ventes des instruments risqués et d'achat d'actifs refuges.

Sur le Forex, on retrouve aussi des devises dites à haut rendement (risquées) et d'autres refuges. Alors que AUD et NZD (à haut rendement) vont généralement reculer en phase de risk-off, les refuges comme JPY et CHF vont progresser. L'inverse reste vrai dans les phases de confiance et d'appétit pour le risque.

Notons tout de même que sur le Forex, le JPY est la devise la plus réactive au sentiment de risque.

Comment Investir en Bourse avec le Crash Boursier du Coronavirus ?

Que vous soyez un trader de court terme ou investisseur de long terme, la volatilité des marchés boursiers reste un facteur de risque, mais offre également beaucoup d'opportunités.

  • Avec une baisse généralisée des cours de bourse, les investisseurs ont une rare occasion d'acheter des actions à des prix beaucoup plus intéressants. Après une solide et longue hausse des bourses, beaucoup d'investisseurs attendaient une importante chute des cours pour acheter à nouveau. Si vous n'avez pas encore d'actions dans votre portefeuille, et que vous voulez investir en bourse, un krach boursier est probablement l'un des meilleurs moments de le faire. Ouvrez un compte titre actions et ETFs dès maintenant et sélectionnez les actions à acheter et détenir à long terme pour profiter de la baisse des prix des actions.
  • Les traders de court terme peuvent également trouver des opportunités attrayantes en négociant les mouvements journaliers des marchés, à la hausse, comme à la baisse. Cette approche peut être particulièrement intéressante en par exemple identifiant les niveaux de prix majeurs et les négocier à court terme. Attention tout de même à maîtriser l'effet de levier et à respecter un bon money management en ces périodes de forte volatilité. Trader sur des unités de temps plus longues que d'habitude (30 minutes et une heure par exemple) et s'orienter vers des indices boursiers un peu moins volatiles, comme le CAC 40, peut aider les moins expérimentés à réduire le risque. Ouvrez un compte de trading pour commencer à trader les indices boursiers et l'impact du coronavirus en bourse.
  • Une stratégie hybride, et peut-être la meilleure pour ceux qui voudraient profiter d'un nouveau krach boursier, sans prendre trop de risques, peut consister à acheter des actions à long terme, et faire du trading pour essayer de maximiser les profits avec la volatilité. Selon votre expérience des marchés financiers, et le degré de prise de risque que vous souhaitez, vous pouvez pondérer entre les deux approches, et choisir de mettre une plus forte partie de votre capital dans l'investissement de long terme (moins risqué mais mois rémunérateur), ou dans le trading (plus risqué et potentiellement plus rémunérateur). Cela est particulièrement facile avec Admiral Markets, qui propose des comptes d'investissement en actions et ETFs, et de trading.

OUVRIR UN COMPTE

Qu'est ce qui pourrait empêcher une nouvelle crise en 2020 ?

Alors que les investisseurs sont de plus en plus nerveux et incertains quant à la poursuite du rebond des marchés boursiers, certains éléments pourraient venir les conforter et permettre d'éviter un nouveau krach boursier cette année. On peut mentionner:

  • Une amélioration continue des statistiques économiques
  • Un soutien continu des gouvernements et des banques centrales qui éviterait des faillites et des licenciements en grand nombre
  • L'arrêt de la circulation du Covid-19
  • La découverte d'un vaccin efficace contre le Convid-19

Historique des Crises Boursières

Quels sont les principaux krachs boursiers de l'histoire ?

Grande Dépression de 1929

Krach boursier 1929 explication simple. Le krach boursier 1929 résumé.

Le Krach boursier 1929 est le plus célèbre de l'histoire et le 1er crack boursier. Le krash a commencé le "jeudi noir" du 24 octobre, marquant le début de la Grande Dépression et la crise 1929 qui a touché l'ensemble de l'économie américaine puis mondiale.

Pourquoi krach boursier 1929 ? La raison du krach boursier 1929 est une bulle spéculative alimentée par le système d'achats d'actions à crédit instauré au début des années 1920 aux Etats-Unis.

Le krach 1929 cause un effondrement de l'ensemble de la bourse durant les 3 années qui ont suivies, puis la crise s'est propagée à l'économie réelle, provoquant une longue et profonde dépression économique durant les années 1930.

La crise 1929 de Wall Street et le krach boursier 1929 a eu des conséquences sur toute l'économie. Le krach boursier 1929 en France a aussi été significatif, avec la bourse CAC 40.

L'économie a commencé à se reprendre à l'aube de la seconde guerre mondiale au début des années 1940. La course à l'armement a donné un boost à l'économie et aux marchés financiers.

Bulle Internet de 2000

Le krach boursier 2000, ou le crack bourse de la bulle internet, a débuté en avril 2000, et a duré 3 ans.

La fin des années 1990 a été très prospère sur les marchés boursiers, notamment suite à la bulle internet de 1999 et 2000. Ainsi, l'indice technologique Nasdaq a été multiplié par 5 de 1998 à son pic enregistré en mars 2000.

Le ralentissement débute en avril 2000 après l'introduction en bourse de Wanadoo et les déboires financiers de Global Crossing, mais le véritable krach débute un peu plus tard, vers la fin de l'année 2000, puis a accéléré avec un krach boursier en 2001, renforcé par les attentats du 11 septembre 2001.

Le crash boursier et la crise de la bulle internet de 2000 se termine en 2003, avec un rebond des marchés financiers à partir du mois de mars.

Crise des Subprimes de 2008

Le krach boursier 2008, qui a suivi l'éclatement de la bulle de l'immobilier américain de 2007, est plus connue sous le nom de crise des subprimes.

Alors que les marchés boursiers ont entamé leur cycle baissier en 2007, la faillite de la banque d'affaire Lehman Brothers annoncée le lundi 15 septembre 2008 a accéléré le krash boursier de wall street en 2008, mais ce n'est que le lundi 6 octobre 2008 que le grand krach commence, annonçant le début de la crise boursière de 2008.

La bulle immobilière s'est formée suite à l'octroi de crédits sans garanties et à des ménages non solvables, qui ont alimenté la demande. Cependant, après la hausse des taux directeurs de la Fed de 2005, qui a renchérit le coût de remboursement des prêts, le nombre de défauts a rapidement commencé à grimper, atteignant les 15% en 2007.

La crise de l'immobilier commence alors à s'installer, et les prix reculent progressivement, provoquant une série de faillites d'organismes de crédit et de fonds d'investissements.

La crise des subprimes et le krach 2008 s'est ensuite rapidement étendue au reste du monde, en grande partie à cause des mécanismes de titrisation, avec lesquels les crédits non remboursables aux Etats-Unis se retrouvent entre les mains d'institutions financières d'un peu partout dans le monde.

Le crash financier 2008 a touché, d'une manière directe ou indirecte, toute l'économie mondiale, dans quasiment tous les secteurs.

La crise de 2008 est aussi à l'origine de la crise de la dette et le crac boursier de 2011, à cause des grands efforts de dépenses publiques consentis par les Etats pour sauver les banques et les institutions financières.

LOGICIEL BOURSE

En dehors de ces grandes crises souvent citées, on notera quelques autres krachs qui ont marqué les esprits comme :

Krach de la Tulipe

Le krach de la tulipe est le premier crache boursier. La crise de la tulipe se produit en février 1637 en Hollande, suite à une bulle spéculative sur les prix des tulipes (aussi appelée tulipomanie), une fleure arrivée de Constantinople quelques années auparavant, et très prisée par la classe bourgeoise et aristocratique d'Europe.

Rapidement, les promesses de ventes de "bulbes" de tulipe via des contrats à terme dépassent les quantités disponibles, et les cours s'écroulent en 1637. Au plus haut de la bulle des tulipes, le bulbe se négociait à un montant équivalent à 20 fois le salaire annuel d'un ouvrier.

L'impact de ce krach des tulipes divise les historiens. Selon certains une grave crise économique s'ensuivit, alors que d'autres relatent que l'impact a été plutôt modéré.

Choc Pétrolier de 1973

Le krach boursier 1973, aussi nommé premier choc pétrolier, représente la fin des Trentes Glorieuses, les 30 années de croissance économique et de plein emploi qui ont suivis après la seconde guerre mondiale.

Le crach boursier de 1973 est parmi les rares qui ne trouvent pas leur genèse dans l'explosion d'une bulle spéculative. En effet, la crise de 1973 a commencé par la forte hausse des cours du pétrole qui sont passés de 3 $ en octobre 1973 à 12 $ en mars 1974, à cause de l'embargo des pays arabes producteurs de pétrole contre les alliés d'Israël, décidé après la guerre du Kippour. Cet embargo vient empirer une situation déjà fragile du marché du pétrole, suite au pic de production aux Etats-Unis et l'abandon des accords de Bretton-Woods en 1971.

La forte hausse des cours de pétrole asphyxie l'économie mondiale qui entre en récession. Les conséquences du choc pétrolier de 1973 se font sentir jusqu'en 1978 sur l'économie mondiale.

Un second choc pétrolier se produit en 1979, à cause de la révolution iranienne et l'interruption des exportations du pétrole par le pays durant quatre mois. Les prix du pétrole passent rapidement d'environ 17 $ à 35 $, ce qui freine la fragile reprise économique mondiale.

La Crise Boursière de 1987

Le krach boursier de 1987 a débuté le lundi noir du 19 octobre 1987, l'une des pires journées de Wall Street, à côté du jeudi noir du 24 octobre 1929 et le krach de Wall Street 1929. Ce lundi noir, le Dow Jones a perdu 22.6% de sa valeur en une séance, battant le précédent record de 1929 (-12.6%). Ailleurs dans le monde, la bourse de Paris perd 9.7%, celle de Londres recule de 26% et on enregistre une chute vertigineuse de 46% à Hong Kong.

Cette crise de 1987 fait suite à une bulle spéculative sur les actions, qui ont connu une hausse quasi-ininterrompue durant les 5 années qui ont précédé, sous Reagan et sa révolution libérale. Le point de départ du crash boursier de 1978 est d'ailleurs la publication du déficit commercial US qui ne cesse de se creuser.

Le krack boursier de Wall Street en 1978 est le premier où les ordinateurs et les systèmes de trading automatique sont mis en cause. Les robots ont vendu en masse après le départ de la baisse, alimentant davantage la chute des actions.

La panique boursière de 1978 intervient cependant dans un contexte économique mondiale prospère, ce qui permet d'endiguer l'onde de choc. L'économie réelle s'en trouve pas beaucoup impactée. Cela est aussi dû à une réaction rapide et efficace de la Fed.

Crise de la Dette Européenne de 2011

Comme le premier et le second chocs pétroliers en 1973 et 1979, le krach de 2011 ne fait pas non plus suite à l'explosion d'une bulle spéculative. Le contexte économique et financier difficile après la crise boursière 2008 est largement derrière cette période de baisse des marchés boursier durant l'été 2011.

Les Etats nordiques affichent de forts déficits publics suite à la crise économique de 2008, et la croissance qui fait son retour reste extrêmement fragile au début de l'été 2011. Dans ce contexte difficile, des dossiers comme la crise de la dette grecque et son éventuelle sortie de l'Euro, les risques de faillites de certaines banques, les rumeurs sur la dette espagnole et l'annonce d'élections anticipées, abaissements des notations de plusieurs pays, une succession des plans de rigueur, des chiffres économiques décevants en Europe et aux Etats-Unis, viennent envenimer un peu plus la situation.

La confiance des investisseurs en prend un coup, et cela se traduit sur les cours des marchés boursiers. Le CAC 40 perd près de 30% de sa valeur entre juillet et septembre 2011, note Wikipédia.

INVESTIR EN BOURSE

Formation Trader

A propos Admiral Markets

En tant que broker régulé, Admiral Markets vous fournit un accès aux plateformes de trading parmi les plus utilisées dans le monde. Avec nous, vous pouvez trader les CFD, les actions et les ETF. Voici un récapitulatif Pourquoi Trader avec Admiral Markets !

Avertissement: Les données fournies fournissent des informations supplémentaires concernant toutes les analyses, estimations, pronostics, prévisions, examens de marché, perspectives hebdomadaires ou autres évaluations ou informations similaires (ci-après dénommée "Analyse") publiées sur le site web d'Admiral Markets. Avant de prendre toute décision d'investissement, veuillez prêter une attention particulière aux points suivants :

  1. Ceci est une communication marketing. Le contenu est publié à des fins d'information uniquement et ne doit en aucun cas être interprété comme un conseil ou une recommandation d'investissement. Il n'a pas été préparé conformément aux exigences légales visant à promouvoir l'indépendance de la recherche en investissements, et qu'il n'est soumis à aucune interdiction de traitement avant la diffusion de la recherche en investissements.
  2. Toute décision d'investissement est prise par chaque client seul, tandis que Admiral Markets UK Ltd (Admiral Markets) n'est pas responsable de toute perte ou dommage résultant d'une telle décision, qu'elle soit fondée ou non sur le contenu.
  3. Afin de protéger les intérêts de nos clients et l'objectivité de l'analyse, Admiral Markets a établi des procédures internes appropriées pour la prévention et la gestion des conflits d'intérêts.
  4. L'Analyse est préparée par un analyste indépendant (Ghiles Guezout) sur la base des estimations personnelles de Ghiles Guezout (Analyste Financier).
  5. Bien que tous les efforts raisonnables soient déployés pour s'assurer que toutes les sources du contenu sont fiables et que toutes les informations sont présentées, dans la mesure du possible, de manière compréhensible, opportune, précise et complète, Admiral Markets ne garantit pas l'exactitude ou l'exhaustivité des informations contenues dans l'Analyse.
  6. Les performances passées ou modélisées des instruments financiers indiquées dans le contenu ne doivent pas être interprétées comme une promesse, une garantie ou une implication expresse ou implicite d'Admiral Markets pour toute performance future. La valeur de l'instrument financier peut à la fois augmenter et diminuer et la préservation de la valeur de l'actif n'est pas garantie.
  7. Les produits à effet de levier (y compris les contrats de différence) sont de nature spéculative et peuvent entraîner des pertes ou des profits. Avant de commencer à négocier, veuillez vous assurer que vous comprenez parfaitement les risques encourus.
Admiral Markets Group est constitué des sociétés suivantes :
Admiral Markets Pty Ltd
Regulé par la Australian Securities and Investments Commission (ASIC)
Site internet disponible uniquement en anglais
CONTINUER
Admiral Markets Cyprus Ltd
Régulé par la Cyprus Securities and Exchange Commission (CySEC)
CONTINUER
Admiral Markets UK Ltd
Régulé par la Financial Conduct Authority (FCA)
CONTINUER
A noter : si vous fermez cette fenêtre sans choisir une entreprise, vous accepter d`être sous régulation FCA (UK).
A noter : si vous fermez cette fenêtre sans choisir une entreprise, vous accepter d`être sous régulation FCA (UK).