Faut-il Investir sur l'Action Uber en 2021 et au-delà ?

Mai 10, 2021 10:40 UTC
Temps de lecture: 21 minutes

C'est une entreprise américaine qui est l'un des symboles de la nouvelle économie. Elle a réussi à bouleverser l'industrie des taxis et devenir l'un des leaders mondiaux des livraisons de repas à domicile. Elle est plus connue sous le terme d'ubérisation. Il s'agit évidemment d'Uber.

Les clients considèrent que Uber possède un coté pratique. Une minorité l'accuse de concurrence déloyale dans l'industrie des taxis. Ce qui lui a valu de nombreux procès partout dans le monde. En pesant le pour et le contre, investir sur l'action Uber, c'est avant tout profiter de la digitalisation de l'économie.

Son entrée en Bourse le 10 mai 2019 était attendue. Prévue à une capitalisation boursière de 120 milliards de dollars, Uber est finalement coté pour 82 milliards de dollars. Son business model est intéressant en termes de marché total disponible, mais l'entreprise doit faire face à des risques réglementaires et juridiques qui pourraient saper ses perspectives de croissance.

Est-il intéressant d'investir sur l'action Uber ? Ce que nous allons en analysant l'histoire et le business de l'entreprise, l'historique de son cours de Bourse, les risques et opportunités d'une action qui se revendique comme une entreprise à forte croissance.

Investir sur l'Action Uber

Histoire de l'entreprise Uber

Uber a été fondé sous le nom d'UberCab en 2009. Les fondateurs Travis Kalanick et Oscar Salazar se sont rendus compte que trouver rapidement un taxi dans une grande mégalopole est un parcours du combattant. Grâce aux technologies d'information et de communication, ils montent à l'aide de Garrett Camp (qui rejoindra à leur projet), une application mobile de réservation de chauffeur privé à la demande, UberCab.

Les objectifs d'UberCab sont multiples : améliorer le quotidien des populations urbaines, réduire les embouteillages aux heures de pointes et être l'un des leaders mondiaux des transports partagés. UberCab deviendra par la suite Uber en reprenant le domaine uber.com qui était un service de blog et de réseautage social.

C'est partir de 2010 que l'application mobile Uber est lancée officiellement sur la plateforme IOS et Android à San Francisco.

Une croissance grâce aux levées de fonds

Pour satisfaire la demande mondiale et financer sa croissance, Uber sollicite en décembre 2011 des levées de fonds auprès des banques, des sociétés de capital risque, des fonds souverains ou des PDG de renom comme Jeff Bezos d'Amazon, Uber étend son activité de VTC ((Voiture de Transport avec Chauffeur) sur l'ensemble des États-Unis puis étend sa présence sur plus d'une cinquantaine de pays.

En 2013, Google sous la marque Google Ventures prend une participation dans le capital d'Uber. En 2014, Uber se lance en Chine, mais aura forte à faire avec le leader national de réservation de VTC en ligne, Didi Chuxing. Dans la même année, l'entreprise américaine lève de nouveaux fonds auprès d'un autre membre des GAFA (Google, Apple, Facebook et Amazon), Facebook.

Pour améliorer ses services, l'action du groupe Uber met la main sur le service cartographique Bing Maps de Microsoft. En juin 2016, le fond public d'investissement d'Arabie Saoudite devient actionnaire d'Uber à hauteur de 5 % du capital. Deux mois plus tard, Uber délaisse ses activités en Chine à son concurrent Didi Chuxing qui lui a mené une guerre de prix. Ce dernier les reprend. En contrepartie, Uber prend une participation de 20 % dans l'entreprise chinoise.

En juillet 2017, Uber intègre ses activités en Russie et dans les pays de la CEI avec ceux de l'entreprise russe Yandex pour créer une co-entreprise dont l'entreprise américaine détient environ 37 % des parts.

Bien que terni par des événements sociaux, cela ne lui 'empêche pas de lever de nouveaux fonds auprès de la société d'holding japonais, Softbank.

En juin 2015 en France, Uber suscite la fronde des chauffeurs de taxis lors d'une grève nationale. Ils lui reprochent son application UberPop qui propose des services à prix cassés en mettant en relation des conducteurs de VTC et autorise l'accès à des chauffeurs non-professionnels.

Après plusieurs procès, l'application UberPop est définitivement interdite en France. Les autorités françaises la considérait comme une service de transport tandis que Uber la voyait comme un service de covoiturage.

En mars 2018, Uber prend une participation dans l'entreprise singapourienne Grab spécialisée dans la mise en relation entre le client et l'entreprise prestataire.

Dans la préparation de son introduction en Bourse au cours de l'année 2019, Uber continue son expansion internationale au Moyen-Orient en acquérant Careem pour 3,1 milliards de dollars.

En mai 2019, Uber entre en Bourse au New York Stocke Exchange pour une capitalisation boursière de 82 milliards de dollars. Elle fait partie du top 10 des plus grandes IPO américaines. Un an plus tard, Uber annonce une restructuration pour cause de Covid-19 avec une suppression de 25% de ses effectifs et un recentrage vers les activités de transports de passagers et de livraison de repas.

Au cours de l'été 2020, Uber se renforce au Royaume-Uni en rachetant Autocab, spécialiste de la mise en relation clients-taxis. En décembre 2020, Uber abandonne son projet de voiture autonome en cédant sa filiale Uber Advanced Technologies Group à la startup américaine Aurora. Dans cette opération, Uber prend une participation de 26 % dans le capital d'Aurora.

En février 2021, Uber se diversifie dans la livraison d'alcool en ligne en acquérant la plateforme en ligne Drizly.

Dates Clés de l'entreprise Uber

  • Mars 2009 : Création de l'entreprise Uber par Travis Kalanick et Oscar Salazar
  • Juillet 2010 : Lancement officiel de l'application mobile Uber sur les plateformes IOS et Android
  • 2011 : Extension des activités d'Uber sur tout le territoire des États-Unis et les plus grandes villes du monde. Elle s'est faite par de nouveaux financement en provenance d'investisseurs institutionnels et du fondateur d'Amazon Jeff Bezos.
  • 2014 : Lancement d'Uber en Chine et de son service de livraison de repas en ligne Uber Eats
  • 2016 : Acquisition de la division cartographique Bing Maps de Microsoft
  • Juillet 2017 : Création d'une co-entreprise avec l'entreprise russe Yandex pour ses activités en Russie et dans les pays de la CEI
  • Mars 2018 : Prise de participation dans l'entreprise singapourienne Grab
  • Mai 2019 : Entrée en Bourse d'Uber au New York Stock Exchange à une valorisation inférieure à ce qui était prévue par les analystes financiers
  • Mai 2020 : Recentrage stratégique d'Uber vers les transports et la livraison de repas et réduction de 25 % de ses effectifs à cause de la crise du Covid-19
  • Juillet 2020 : Acquisition de Postmates et Routematch, entreprises américaines spécialisées respectivement dans la livraison de nourriture et dans les logiciels dédiés aux transports en commun
  • Août 2020 : Acquisition de l'entreprise britannique Autocab dans la mise en relation clients-taxis
  • Décembre 2020 : Abandon de son projet de voiture autonome Uber Advanced technologies
  • Février 2021 : Acquisition de Drizly dans la livraison d'alcool en ligne

Business de l'entreprise Uber

Uber a énormément évolué depuis sa création. En plus de son activité de réservation en ligne de transports terrestres, l'entreprise américaine s'est diversifiée dans d'autres services telles que :

  • Uber Eats dans la livraison de repas en ligne, qui est sa seconde source de revenus.
  • Uber Copter dans la réservation en ligne de vol d'hélicoptère
  • Uber Rent dans la location de credit-bail
  • Uber Freight, plateforme de mise en relation entre transports routiers et expéditeurs

Uber dispose d'autres filiales comme Postmates, Careem, ou encore Comershop.

Le business de l'entreprise Uber est scindé en quatre activités distinctes :

  • Mobility qui comprend les services de réservation en ligne de transports de véhicules tels que les voitures, les motos, ou les minibus. L'activité d'origine d'Uber représente 54,5 % du chiffre d'affaires.
  • Delivery qui comprend les services de livraison de repas en ligne avec Uber Eats. Uber collabore avec plusieurs grands noms de la restauration rapide comme McDonald's, Starbucks, KFC, Burger King, Domino's Pizza ou encore Subway. C'est une activité qui a connu une croissance exponentielle du fait de l'indisponibilité de consommer sur place dans les restaurants suite aux restrictions du Covid-19. Elle compte 35 % du chiffre d'affaires.
  • Freight, une activité dédiée à la logistique de transport de marchandises. Uber joue le rôle de courtier de fret en mettant en relation les transports routiers et les expéditeurs. Elle représente 9 % de son chiffre d'affaires.
  • ATG & Other Technology Programs. C'est une activité consacrée au développement du véhicule autonome et aux nouvelles technologies de covoiturage. Elle représente 1 % du chiffre d'affaires.

Au niveau de la répartition géographique de son chiffre d'affaires, les États-Unis restent son premier marché à hauteur de 54,6 %. L'EMEA (Europe Moyen-Orient et Afrique), l'Amérique Latine et l'Asie suivent respectivement à 18,7, 11,6 et 10,3 % Enfin, le Canada compte pour 4,7 % de ses revenus.

Actionnaires de l'entreprise Uber

Au moment de son entrée en Bourse, il y avait deux actionnaires de poids qui étaient l'un de ses fondateurs Travis Kalanic et la holding japonaise Softbank. Poussé vers la sortie, le premier a cédé près de 20 % des parts du groupe fin 2019. Le second a cédé progressivement des parts en 2020 et récemment début 2021.

Aujourd'hui, l'actionnariat d'Uber est composé majoritairement d'investisseurs institutionnels, principalement des sociétés de gestion d'actifs dont SB Investment Advisers (UK), Benchmark Capital Management., Fidelity Management & Research ou Morgan Stanley. Du côté des actionnaires individuels, ils représentent 14,4 % des parts du groupe.

Concurrents d'Uber

Uber évolue dans des marchés très fragmentés au niveau national qu'à l'international. Aux États-Unis, la concurrence est hautement compétitive dans l'activité Mobility, Delivery et Freight avec la présence d'entreprises bien établies depuis plusieurs décennies et d'acteurs low-cost.

Dans d'autre pays comme la Chine et la Russie, Uber a dû céder ses activités, mais possède une présence indirecte à travers des participations dans des entreprises du secteur.

Les faibles barrières à l'entrée favorisent l'arrivée de nouveaux entrants. Lorsque Uber lance un nouveau produit ou service, celui-ci peut être recopié légalement à moindre coût par ses concurrents. De fait, le coût d'acquisition client est faible pour fidéliser une base clientèle solide et espérer une croissance stable de ses revenus.

Les concurrents dans chaque segment d'activité sont :

  • Lyft (États-Unis), Didi (Chine), OLA Cabs (Inde), Bolt (Estonie), Gojek (Indonésie), Le Cab et Chauffeur Privé (France), les compagnies de taxi, les transports publics, etc, dans l'activité Mobility.
  • DoorDash, et Grubhub (États-Unis), Deliveroo (Royaume-Uni), Just Eat Takeaway (Pays-Bas), Rappi et iFood (Amérique Latine), Delivery Hero (Allemagne) dans l'activité Delivery. La concurrence peut s'étendre indirectement avec les enseignes de grande distribution, les épiceries et les restaurants.
  • XPO Logistics, CH Robinson, DHL, FedEx, UPS dans l'activité Freight aux États-Unis.

Historique du Cours de l'Action Uber

L'action Uber a connu une entrée en Bourse difficile. Les investisseurs n'étaient pas confiants dans l'avenir de l'entreprise tant sur le plan business que financier. Le fait que Uber ne parvient pas à réaliser des profits, ne les incite pas à y investir dans un premier temps.

Source: MetaTrader 5 Edition Suprême Admirals, graphique hebdomadaire Uber #UBER, du 5 mai 2019 au 5 mai 2021, édité le 5 mai 2021 à 11h38

De juillet 2009 à novembre 2019, l'action Uber a chuté de plus de 45 % avant de rebondir vers 42 $ en février 2020. Comme toutes les entreprises cotées, elle a été impactée négativement par la crise du Covid-19. Elle a entraîné l'arrêt brutal de l'économie. Entre fin février à mars de l'année 2020, sa capitalisation boursière a fondu de 67 %.

À partir de son plus-bas historique autour de 14 $ et malgré la crise du Covid-19 qui ne faisait que commencer, l'action Uber rebondit spectaculairement contre toute attente. Dans un premier temps, elle remonte vers les 38-39 $ en juin 2020 avant d'entamer une consolidation latérale jusqu'à fin octobre 2020.

L'action Uber a rebondi violemment avec un gap à la hausse lors de l'annonce du vaccin de Pfizer-Biontech contre le Covid-19. Ce catalyseur inattendu à l'époque permettait à l'entreprise américaine de voir son cours de Bourse réaliser de nouveaux plus-hauts historiques fin 2020 et début 2021.

Bien que l'action Uber est autour de ses plus-hauts historiques, les investisseurs particuliers qui s'intéressent à ce dossier, attendront les prochains résultats financiers pour avoir un track record plus important pour juger la qualité intrinsèque de l'entreprise. Apparemment, certains d'entre eux ont préféré les anticiper pour mieux tirer profit.

L'action Uber a vu son caractère spéculatif diminuer. Ce qui a pour conséquence de décourager des opportunités de vente à découvert. Sur ce type d'action, les short squeeze peuvent arriver soudainement si l'entreprise en question venait à surprendre agréablement le marché.

Enfin, la perspective de voir un dividende de l'action Uber est discutable par rapport à son modèle économique. Pour espérer ce scénario, il faudrait un track record de bénéfices sur plusieurs années en plus d'une génération de cash flow. Ce qui est loin d'être le cas. Pour le moment, l'entreprise américaine privilégie la croissance à tout prix pour grandir et gagner des parts de marché.

Un Modèle Économique Instable mais en voie d'Amélioration

Si l'action Uber peine à devenir une entreprise rentable, c'est que son modèle économique ne possède pas de barrières à l'entrée. Son application mobile peut être copiée intelligemment par n'importe qui à moindre coût. Les concurrents ne manquent pas avec des acteurs qui ont de l'ambition.

Entre les lignes, c'est une entreprise qui a l'art de contourner les règles du code du travail. En considérant ses chauffeurs et ses livreurs comme travailleurs indépendants, elle était exonérée de verser des droits sociaux.

Avec un cadre réglementaire qui a fortes chances de se durcir dans un futur proche ou lointain, un bras de fer s'est engagé entre Uber et les pouvoirs publics. Ces derniers veulent reclasser les chauffeurs et les livreurs qui travaillent pour Uber comme salariés.

Les clients profitent de son côté pratique en évitant un temps d'attente important sur place. Néanmoins, sa situation financière reste inquiétante, car l'entreprise brûle du cash flow pour faire des bénéfices. Face à une concurrence élevée, elle devra encore dépenser pour conserver son leadership.

Fort heureusement, il y a un point positif que Uber peut compter dans les années à venir. La diversification de ses activités dans la livraison des repas avec Uber Eats a connu une croissance exceptionnelle en 2020. Uber Eats a permis de compenser la perte de chiffre d'affaires dans le VTC.

Pourra-t-elle aussi compter sur les voiture autonomes ? En théorie, ce serait un pas en avant pour donner un second souffle à sa croissance avec des économies d'échelles. En remplaçant les chauffeurs par les voitures autonomes, Uber pourrait récupérer la totalité de son chiffre d'affaires.

Cependant, la cession de son projet de voiture autonome a mis un frein aux ambitions d'Uber. L'entreprise américaine préfère collaborer avec des startups pour une question d'économie de coûts et rester focus sur ses activités les plus stratégiques.

Risques-Opportunités

Investir sur une action suite à une introduction en Bourse peut ne pas être une bonne idée. Le faible historique de cotation ne vous donne pas des points de repères solides pour prendre une position à l'achat ou à la vente sur l'action en question. Il pourrait donc être préférable d'attendre quelques mois, trimestres ou années pour s'intéresser sérieusement à ce genre de dossier.

La méfiance est de mise lorsqu'une entreprise entre en Bourse sans avoir réalisé antérieurement des bénéfices. L'introduction en Bourse d'Uber n'échappe pas à cette tendance. La volatilité peut prendre des proportions considérables si elle ne délivre pas des résultats conformes aux attentes de marché.

À présent avec une historique de cotation plus large, le fait que son short interest a progressivement diminué, nous indique que l'action Uber est de moins en moins spéculative.

Même si la profitabilité et la rentabilité ne sont pas encore au rendez-vous, ses perspectives de croissance sont plus optimistes grâce à la diversification de ses activités dans la livraison de repas en ligne et la logistique de marchandises. Par ailleurs, Uber veut développer des activités dans le BtoB (Business-to-business) pour s'assurer une stabilité de ses revenus et ne pas dépendre des aléas des consommateurs.

L'autre point positif est que Uber a mieux performé que le S&P 500 en 2020 avec une hausse de 64,57 % contre 17,4 % pour l'indice américain. Lorsque vous regardez l'évolution graphique du titre, le momentum est positif avec l'action largement au-dessus de la moyenne mobile à 200 jours. Les baisses dans une tendance haussière seront des occasions d'acheter à bon compte ou renforcer une ligne existante.

Cependant, acheter l'action Uber comporte encore des risques. Premièrement, le cadre réglementaire pourrait mettre sur un pied d'égalité les entreprises de VTC et les acteurs traditionnels.

Deuxièmement, les chauffeurs de VTC et les livreurs réclament plus d'avantages sociaux par rapport à leur condition de travail. Ces coûts potentiels pourrait affecter à court terme le modèle économique et commercial de l'entreprise.

Troisièmement, le modèle de croissance par la levée de fonds et les acquisitions a des limites. L'absence de cash flow positif reste une épine du pied. Les marchés financiers pourraient perdre patience si le bilan financier continue de se dégrader. D'ailleurs, les agences de notation Moody's et S&P lui donnent une notation en dessous de la catégorie d'investissement.

Enfin, Uber doit gagner des parts de marché dans chacune de ses activités contre une concurrence élevée. Ce qui lui oblige de réinvestir plus qu'il gagne pour atteindre ses objectifs élevés de croissance.

Est-ce que c'est une action pour un horizon d'investissement de moyen-long terme ? Les investisseurs considèrent Uber comme une action d'hypercroissance. Ils sont prêts à payer cher une croissance lointaine si le coût du capital et la prime de risque actions sont faibles. Cependant, si les taux d'intérêt devaient remonter brusquement, l'action Uber pourrait en pâtir à cause de son manque de cash flow immédiat.

Pourquoi et Comment acheter Uber chez Admirals à moindre coût

Vous cherchez des alternatives pour investir sur l'action Uber. En passant par un broker en ligne traditionnel, les frais de courtage pour les actions américaines restent élevés malgré les efforts consentis.

Sur Admirals qui propose d'investir sur une quinzaines de places financières, vous pouvez le faire à moindre coût à travers les CFDs (contrats pour la différence) sur la plateforme MetaTrader, soit à l'achat ou à la baisse en faisant un dépôt sur votre compte de trading moyennant un effet de levier de votre choix.

Concernant ce dernier, il est plus sage d'utiliser l'effet de levier conforme à votre aversion au risque dans le but de ne pas vous mettre dans une situation très difficile tant sur le plan financier que psychologique.

Dans le cas où vous avez des difficultés à utiliser la plateforme MetaTrader d'Admirals pour placer un ordre sur l'action Uber, suivez la procédure :

  • Connectez-vous à votre compte de trading MetaTrader 5
  • Allez sur Insérer puis cliquez sur Voir puis Fenêtre prix pour afficher à gauche Observatoire du marché
  • Allez dans Symboles et tapez UBER ou #UBER dans la barre de recherche
  • Sélectionnez l'action Uber et cliquez sur Afficher le symbole
  • Clic droit de la souris sur Uber et cliquez sur Nouvel Ordre puis Acheter ou Vendre

Commencez à trader

Formation Trader

A Propos Admiral Markets

En tant que broker régulé, Admiral Markets vous fournit un accès aux plateformes de trading parmi les plus utilisées dans le monde. Avec nous, vous pouvez trader les CFD, les actions et les ETF. Voici un récapitulatif Pourquoi Trader avec Admiral Markets !

Références

Avatar-Admirals
Admirals Une solution tout-en-un pour dépenser, investir et gérer votre argent

Plus qu`un courtier, Admirals est un centre financier, offrant une large gamme de produits et services financiers. Nous permettons d`aborder les finances personnelles grâce à une solution tout-en-un pour investir, dépenser et gérer son argent.