Les Marchés Boursiers vont-ils encore Monter en 2021 ?

Janvier 05, 2021 20:33

La pensée dominante sur les marchés financiers est que la reprise économique en 2021, avec la consommation et les investissements simplement reportés à des jours meilleurs, pourrait faire grimper les marchés boursiers bien au-delà des récents records.

Alors que l’année a commencé dans le rouge, les indices boursiers mondiaux peuvent-ils aller encore beaucoup plus haut en 2021 ?

Un krach boursier de courte durée et de nouveaux sommets en 2020

Les indices boursiers internationaux étaient déjà à des sommets historiques fin février, juste avant que le Covid-19 ait fait paniquer les marchés et les a plongés dans la plus forte baisse de l'histoire de l'après-guerre.

En un mois, du 19 février au 23 mars, l’indice boursier américain S&P 500 a perdu 52,6 % de sa valeur. Le rebond à la hausse a été tout aussi spectaculaire, puisqu’à peine cinq mois après, l’indice avait retrouvé ses derniers sommets, le 18 août.

Après une période de consolidation entre septembre et octobre, les indices boursiers ont repris leur ascension, clôturant pour la plupart l’année à des sommets. Le S&P 500 ayant atteint un record le 29 décembre, en hausse de 16,11% sur l’année.

Déclin puis reprise de l’activité économique

L’activité économique s’est d’abord effondrée entre mars et avril, où le monde a été mis en pause par des confinements partout dans le monde.

Cela a été notamment souligné par la perte de 22,16 millions d’emplois aux Etats-Unis en 2 mois, avec un taux de chômage qui a explosé à 14,7% en avril contre 3,5% en février. Le Produit intérieur brut (PIB) américain a chuté de 5% au premier trimestre, puis de 31,4% au deuxième trimestre.

La reprise après les confinements a été également plus rapide et plus solide que ce que les marchés avaient prévu. Le PIB US est en effet remonté de 33,4% au troisième trimestre, tandis que le taux de chômage a chuté à 6,7% en novembre.

Source : US Bureau of Economics Analysis

Ces chiffres économiques et les espoirs d’une extinction de la pandémie de coronavirus avec l’arrivée des vaccins ont ainsi alimenté une solide reprise des indices boursiers, sans oublier le soutien clé des banques centrales qui ont largement assoupli leurs politiques monétaires, et qui ont promis de maintenir un degré élevé de soutien tant que nécessaire.

La rapide reprise des marchés boursiers est-elle justifiée ?

Il ne faut pas perdre du vue que la bourse et les marchés financiers fluctuent généralement sur la base des anticipations et des prévisions.

  • Des attentes optimistes suffisent à faire monter les indices boursiers
  • Des perspectives pessimistes peuvent faire chuter lourdement les indices boursiers

Ainsi, la hausse des indices boursiers entre avril et décembre 2020 a été simplement le résultat des anticipations de plus en plus optimistes des investisseurs, qui estiment largement que l’impact de la pandémie ne va pas durer dans le temps.

Cette perspective optimiste a été soutenue par les données économiques et par les prévisions pour les années à venir par les grands organismes, dont les banques centrales et le FMI.

  • La Fed anticipe une croissance du PIB américain de 4,2% en 2021, après une baisse de 2,4% en 2020. Le taux de chômage devrait s’élever à 6,7% en 2021 puis baisser à 5% en 2021.
  • La BCE s’attend à une croissance du PIB de 3,9% en 2021 en Zone Euro après une baisse de 7,3% en 2020.
  • Le FMI estime que le PIB mondial devrait rebondir de 5,2% en 2021 après une contraction de 4,4% en 2020.
  • La Banque Mondiale anticipe une reprise de 4% de l’économie mondiale en 2021 après une baisse de 4,3% en 2020.

L’optimisme des marchés financiers a également été soutenu par l’arrivée des vaccins contre le Covid-19, qui devraient permettre un retour à la normale et une accélération de la reprise au courant de l’année 2021.

La rapide reprise des bourses trouve donc un certain nombre de justifications dans les anticipations plus optimistes des investisseurs.

Toutefois, si les promesses de reprise en 2021 s’avèrent sérieusement compromises en cours de route, pour n’importe quelle raison, les indices boursiers peuvent sévèrement corriger à la baisse.

Prévisions Bourse 2021 : La hausse des bourses peut-elle se prolonger en 2021 ?

Au début du mois de janvier 2021, malgré deux séances de baisse, les bourses restent globalement orientées à la hausse. De plus, un certain nombre de facteurs fondamentaux sont favorables à une accélération de la reprise économique à partir du deuxième trimestre, ce qui apporterait un soutien aux marchés boursiers en 2021.

Voici les principaux facteurs à surveiller en 2021 pour une poursuite de la hausse des marchés boursiers.

La fin de la pandémie

La condition première et sine qua non pour une poursuite du rallye haussier des indices boursiers en 2021 est le succès des vaccins Covid-19 dans la lutte contre la pandémie.

Si le vaccin permet de mettre fin aux confinements d’ici quelques mois, comme espéré, la vie économique normale reprendra rapidement. Selon les médecins et les scientifiques, ce scénario est tout à fait envisageable.

A mesure que cela devienne une réalité de plus en plus tangible, les marchés y verront probablement une nouvelle raison de renforcer les achats d’actions, en particulier dans les secteurs qui avaient souffert auparavant à cause du coronavirus.

La reprise économique

La fin de la pandémie devrait être accompagnée d’une solide reprise de l’activité économique.

Déjà, à chaque assouplissement des mesures sanitaires et de confinement, nous avons pu observer une rapide et solide reprise de l’activité.

Cela s’est par exemple manifesté dans la reprise des ventes au détail aux Etats-Unis de 18,3% en mai et 8,6% en juin après une chute de 14,7% en avril et 8,2% en mars. Ou encore dans l’indice PMI Composite de l’activité économique US qui est passé de 27 en avril à 58 en novembre.

En Allemagne, le confinement plus léger depuis l’automne a permis de maintenir des données économiques décentes, en attendant une reprise plus solide après la pandémie.

La fin de la pandémie et le relâchement des tensions ont également un aspect psychologique. Il est tout à fait compréhensible que, libérés des soucis et des restrictions, les gens célèbrent la fin de la pandémie par une frénésie d'achats. 

Bien évidemment, la reprise sera très inégale, et certains auront fait faillite avant qu’elle n’arrive. Mais les marchés financiers ont tendance à se concentrer sur les tendances globales et macroéconomiques.

L'action des gouvernements et des banques centrales

Depuis le début de la crise et jusqu’à la fin de l’année, les gouvernements ont agi pour soutenir l’économie, avec des plans de relance et des aides plus ciblées pour les particuliers et pour certaines grandes entreprises.

Les banques centrales ont également montré une forte volonté à agir et à continuer à le faire si l’économie en montre le besoin.

Ces facteurs ont été déterminants dans la reprise des marchés boursiers en 2020, et ils le seront encore en 2021 si la reprise économique montre des signes de faiblesse.

Concernant l’arrivée du prochain président américain, Joe Biden, à partir du 20 janvier, son impact sur la reprise des marchés financiers dépendra grandement de sa capacité à dépenser massivement comme son projet le prévoit. Nous aurons la réponse à cette question suite au vote du Sénat en Géorgie le 5 janvier.

  • Si le Sénat bascule du côté des démocrates, Biden aura le contrôle du budget et pourra accroître les dépenses, ce qui est positif pour la bourse.
  • Si le Sénat reste sous le contrôle des républicains, Biden ne pourra pas financer tous ses projets, ce qui ne devrait pas beaucoup peser sur les marchés.

Les matières premières aussi anticipent une expansion mondiale

Les actions et les indices boursiers ne sont pas les seuls à avoir fortement rebondi en 2020 après le krach de mars. En effet, les marchés des matières premières, qui sont généralement plus sensibles à la réalité économique et qui augmentent normalement en prévision d'une expansion, suggèrent une reprise mondiale.

L'indice Bloomberg des matières premières (Bloomberg Commodity Index : BCOM) a clôturé à 78,64 dollars le lundi 4 janvier 2021, à son plus haut niveau depuis janvier 2020. Il a ainsi effacé toutes les pertes enregistrées en février et mars de l’année dernière.

Source : Bloomberg

Même si les prix des matières premières restent loin des niveaux observés entre 2016 et 2018, soit vers 90 dollars pour l’indice BCOM, ils suggèrent une reprise économique en cours et qui devrait se poursuivre.

Prévisions S&P 500 des Grandes Banques pour 2021

Banque S&P 500 à fin 2021
Bank of America Merrill Lynch 3800
Barclays 4000
Citi 3800
Crédit Suisse 4050
Deutsche Bank 3950
Goldman Sachs 4300
JPMorgan Chase 4400
Morgan Stanley 3900
UBS 4100
Wells Fargo 3900
  • Cours du S&P 500 au 4 janvier 2021 : 3700
  • Objectif moyen des banques : 4020 (+8,6%)

Analyse Technique CAC 40 de Long Terme

L'indice boursier CAC 40 a évolué sur une tendance haussière de long terme depuis un creux enregistré en mars 2009 à 2463. Le mouvement a notamment été accompagné d'une ligne de tendance haussière qui vient du plus bas intermédiaire de septembre 2011 à 2992 et qui a été testée en juin 2016 et décembre 2018, à chaque fois offrant un solide soutien au CAC 40.

Cependant, cette ligne de support de long terme a cédé en mars 2020 face au krach boursier du coronavirus. Cela a provoqué une chute en direction des 3626, le plus bas atteint le même mois.

Le rebond qui a suivi a trouvé une résistance vers 5230, où passait également la moyenne mobile 200 semaines, alors que l'indicateur RSI (Relative Strength Index) hebdomadaire montrait des difficultés à remonter au-dessus du niveau médian de 50.

Le CAC 40 est alors entré en phase de retracement à la baisse, formant un drapeau (canal baissier après un rallye haussier), qui a duré jusqu'à début novembre 2020 et qui a trouvé un niveau de soutien autour du retracement Fibonacci de 38,2% du krach boursier de février/mars.

En effet, lors de la deuxième semaine de novembre, la fin de l'incertitude de l'élection américaine avec une victoire de Joe Biden, ainsi que les annonces de vaccins contre le Covid-19 ont permis une accélération haussière. La hausse a notamment donné un certain nombre de signaux haussiers :

  • Sortie du drapeau par le haut (fort signal haussier pour le CAC)
  • Retour au-dessus de la ligne de tendance haussière de long terme (signal haussier)
  • Passage au-dessus du retracement Fibonacci 61,8% (signal haussier)
  • Dépassement du précédent pic de juin 2020 à 5230 (signal haussier)
  • Retour au-dessus de la moyenne mobile 200 semaines en bleu dans le graphique (retournement de la tendance de long terme du CAC40 à la hausse)
  • Cassure du RSI au-dessus du niveau de 50 (retournement haussier)

Maintenant, au début de cette année 2021, le CAC 40 ralentit sa course autour du Fibonacci 78,6% vers 5585 et du seuil psychologique de 6000 points, représentant également une ancienne résistance entre 2018 et 2019.

Une percée au-dessus de cette résistance pourrait ensuite pousser le CAC 40 vers le récent sommet de 6117 enregistré en février 2020, juste avant le krach. Juste au-dessus on retrouve le sommet de juin 2007 à 6170.

A la baisse, le pronostic haussier de long terme sur le CAC 40 en 2021 pourrait être remis en question en cas de retour en dessous de la moyenne mobile 200 semaines, du retracement 61,8% puis de la ligne de tendance haussière.

Source : Admiral Markets MetaTrader 5 Edition Suprême, CAC 40 CFD, graphique hebdomadaire, de Janvier 2014 à Novembre 2020, réalisé le 16 novembre 2020. Veuillez noter : Le rendement passé n'est pas un indicateur fiable des résultats futurs, ni du rendement future. 

Ghiles Guezout
Ghiles Guezout
Analyste Marchés, Admirals France

Analyste marchés, Ghiles Guezout a accompagné des centaines de traders débutants avant de rejoindre Admirals, il pratique une approche très pédagogique dans ses analyses, de sorte que tout le monde puisse comprendre et apprendre le trading !