Boeing se Sépare de son PDG Muilenburg qui Incarnait la Crise

Janvier 06, 2020 17:59

Par Pierre Perrin-Monlouis

Actualité Boeing (NYSE:BA) du 06 janvier 2020

Boeing (NYSE:BA) se séparer de son PDG, Dennis Muilenburg, qui incarnait l'image de l'entreprise en crise.

Démission du PDG de Boeing en 3 Points Clés

  • Boeing choisi de licencier son PDG Dennis Muilenburg. Une décision qui est une surprise mais qui ne résout pas pour autant les problèmes profonds auxquels l'entreprise doit faire face.
  • Muilenburg a fait des déclarations maladroites, et ses rares apparitions en temps de crise sont autant d'éléments négatifs pour l'image de l'entreprise. Ces éléments ont mené à la perte de confiance et de crédibilité du PDG de Boeing.
  • Les membres du conseil d'administration en charge de l'élaboration de la stratégie à long terme conservent leurs sièges. Il aurait été approprié qu'ils soient également remerciés.

Retour sur la Carrière de Muilenburg Jusqu’à Devenir PDG de Boeing

Muilenburg est entré chez Boeing en 1985 en tant que stagiaire avant de rapidement devenir ingénieur pour le Fleuron américain de l'aéronautique. Il y a passé plus de 35 ans, parvenant à gravir tous les échelons à partir de la branche Défense de Boeing. Avec Patrick Shanahan, Muilenburg est pressenti pour devenir le nouveau directeur de Boeing.

Alors que Shanahan deviendra le secrétaire américain de la Défense, Muilenburg sera nommé Président de Boeing en 2013 puis PDG en 2015. C'est donc en 2020 que s'achève sa carrière chez Boeing après 35 ans de service, et s'en va alors que Boeing traverse ce qui pourrait être la pire crise de son histoire.

Lors du lancement du programme 737 MAX en 2011, son implication dans le programme était minime, Muilenburg n'était pas directeur de Boeing mais encore ingénieur. C'est donc bien sa gestion de la crise 737 MAX qui est à l'origine de son départ et non son implication dans la conception des appareils.

Les Erreurs du PDG de Boeing

  • Sous entendre que les pilotes étaient en cause

Alors que le crash de Lion Air venait d'avoir lieu et qu'il n'y avait pas encore de "crise 737 Max", Muilenburg avait commenté très (trop) tôt l'incident alors que l'enquête était encore en cours et qu'il n'avait pas connaissance de l'ensemble des éléments ni du calendrier des événements.

Muilenburg avait envoyé un message à destination des médias qui laissait entendre que le personnel de vol disposait de toutes les informations nécessaires pour piloter l'avion. Alors même que Boeing avait refusé de s'exprimer sur le premier incident attendant la publication du rapport préliminaire.

La pression de ce type de déclaration sur l'enquête est l'une des principales raisons pour lesquelles les entreprises évitent généralement de se prononcer sur les questions liées aux accidents.

Cette erreur est très mal passée pour Lion Air, l'un des principaux client du Boeing 737 MAX.

  • Le manque d'empathie et la perte de soutien de l'opinion publique

Le manque d'empathie est souvent reproché aux ingénieurs et peut nuire à leur images ainsi qu'à celle de l'entreprise. Lors de l'audition de Muilenburg par apport aux crashs qui ont coûté la vie de 346 personnes, le PDG de Boeing a présenté ses excuses aux familles des victimes sans se retourner ni leur faire face.

Ce n'est que le lendemain lors de son audition face au Comité des Transports de la Chambre des Représentants, après avoir été interpellé par la mère de l'une des victimes que Muilenburg a présenté ses excuses en leur faisant face. Cet événement qui peut sembler anodin a fait la une dans le monde entier, faisant définitivement perdre à Boeing le soutien de l'opinion en engendrant une crise de confiance.

Cette erreur a mis en colère l'opinion publique et les familles des victimes.

  • Erreur de calendrier et perte de crédibilité

Boeing a annoncé la remise en service de ses appareils Boeing 737 MAX pour le quatrième trimestre 2019. Le 30 septembre, Muilenburg a pris la parole pour affirmer que la remise en service serait effectuée au début du quatrième trimestre 2019, ce qui laissait perplexe une partie des analystes suivant le dossier.

Boeing n'a pas été en mesure d'honorer ses engagement, contraignant Boeing à suspendre la production de ses lignes 737 MAX.

Cette erreur a fait perdre toute crédibilité à Dennis Muilenburg et a fortement contrarié ses clients (les compagnies aériennes), les régulateurs et ses actionnaires.

Actuellement le cours de l'action Boeing (NYSE:BA) évolue à 330$ l'action.

Source: MT5 Edition Suprême, graphique Boeing #BA quotidien, moyenne mobile 100 - Période: du 17 octobre 2018 au 6 janvier 2020, édité le 6 janvier 2020 à 18h47

Avec Admiral Markets, vous avez la possibilité de trader les actions CFD sur Trade.MT5 avec une commission fixe de 1 EUR/USD/GBP seulement par ordre, ou investir dans les actions au comptant avec Invest.MT5.

Avertissement: Les données fournies fournissent des informations supplémentaires concernant toutes les analyses, estimations, pronostics, prévisions, études de marché, perspectives hebdomadaires ou autres évaluations ou informations similaires (ci-après dénommé «Analyse») publiées sur le site Internet d'Admiral Markets. Avant de prendre toute décision d'investissement, veuillez porter une attention particulière aux éléments suivants:

  1. Ceci est une communication marketing. Le contenu est publié à des fins d'information uniquement et ne doit en aucun cas être interprété comme un conseil ou une recommandation en matière d'investissement. Il n'a pas été préparé conformément aux exigences légales visant à promouvoir l'indépendance de la recherche en investissement et ne fait l'objet d'aucune interdiction de traitement avant la diffusion de la recherche en investissement.
  2. Toute décision d'investissement est prise par chaque client seul, tandis que Admiral Markets AS (Admiral Markets) n'est pas responsable des pertes ou des dommages résultant d'une telle décision, qu'elle soit ou non basée sur le contenu.
  3. Afin de protéger les intérêts de nos clients et l'objectivité de l'analyse, Admiral Markets a mis en place des procédures internes appropriées pour la prévention et la gestion des conflits d'intérêts.
  4. L'Analyse est préparée par un analyste indépendant (ci-après «Pierre Perrin-Monlouis») sur la base des estimations personnelles de Pierre Perrin-Monlouis (Analyste Financier).
  5. Bien que tous les efforts raisonnables soient déployés pour garantir la fiabilité de toutes les sources du contenu et pour que toutes les informations soient présentées, de manière compréhensible, rapide, précise et complète, Admiral Markets ne garantit pas l'exactitude ni l'exhaustivité. de toute information contenue dans l'analyse.
  6. Tout type de performance passée ou modélisée d'instruments financiers indiqués dans le contenu ne doit pas être interprété comme une promesse, une garantie ou une implication explicite ou implicite, par Admiral Markets, de toute performance future. La valeur de l'instrument financier peut à la fois augmenter et diminuer et la préservation de la valeur de l'actif n'est pas garantie.
  7. Les produits à effet de levier (y compris les contrats sur la différence) sont de nature spéculative et peuvent entraîner des pertes ou des bénéfices. Avant de commencer à négocier, assurez-vous de bien comprendre les risques encourus.
Avatar-Admirals
Admirals
Une solution tout-en-un pour dépenser, investir et gérer votre argent

Plus qu`un courtier, Admirals est un centre financier, offrant une large gamme de produits et services financiers. Nous permettons d`aborder les finances personnelles grâce à une solution tout-en-un pour investir, dépenser et gérer son argent.