Actualité Bourse et Analyses Bourse du Jeudi 9 Avril 2020

Avril 09, 2020 08:20

Par Ghiles Guezout

Toute l'actualité bourse et analyses bourses pour débuter la séance du Jeudi 9 Avril 2020.

Le taux d'infection par le coronavirus a empiré, les prévisions sur l'impact sur l'économie se sont multipliées et les dividendes des grandes banques sont toujours d'actualité. Alors que l'Eurogroupe échoue encore à trouver un accord, l'attention se tourne également vers l'OPEP+ ce jeudi.

Comme chaque jour, nous vous proposons ci-dessous de faire le point sur les principales actualités bourse à suivre aujourd'hui, ainsi que des analyses sur les marchés à surveiller.

Les marchés boursiers restent orientés à la hausse à l'ouverture

Les indices boursiers européens sont orientés à la hausse en ouverture, après des échanges mitigés sur les marchés asiatiques dans un contexte de volumes plus faibles à l'approche de la fête du Vendredi Saint dans de nombreux pays.

  • Eurostoxx à +1,2%
  • DAX à +1,5%
  • CAC 40 à +1,5%
  • FTSE à +1,5%
  • IBEX à +1,2%

L'Europe enregistre donc un départ solide en bourse après une séance plus mitigée hier, les actions européennes ayant terminé la journée légèrement en baisse mais près des sommets.

La solide performance de Wall Street hier et le fait que les futures américains se maintiennent en hausse de près de 1% ce matin, soutenus par les espoirs sur le Covid-19 et le retrait de Bernie Sanders de la course à la présidentielle, encouragent les investisseurs à commencer la session européenne sur le bon pas. Mais ils auront une longue journée devant eux, avec des événements à risque clés qui doivent encore suivre, à savoir la réunion de l'OPEP+, la réunion de l'Eurogroupe, les demandes d'allocations chômage aux États-Unis et l'intervention du président de la Fed, Jerome Powell.

Actualité des Actions

Dans l'actualité des actions, Air France KLM a annoncé une chute de 56,6% de son trafic passagers au mois de mars. Pour les mois d'avril et mai, le groupe estime que plus de 90% de sa capacité sera suspendue à cause des restrictions de voyages et l'épidémie de coronavirus.

Seb a annoncé une réduction d'un tiers de son dividende pour préserver ses ressources. Le dividende qui sera proposé en mai sera donc de 1,43€ au lieu de 2,26€ initialement prévu. C'est une tendance qui se généralise sur les marchés financiers.

Les géants bancaires suisses UBS et Crédit Suisse ont annoncé qu'ils reporteront au quatrième trimestre 2020 la moitié de leurs distributions de dividendes prévus pour 2019, suite à une demande du régulateur. Crédit Suisse a rassuré que sa solidité financière aurait continué à soutenir le dividende initial, tandis que UBS a noté une forte performance opérationnelle dans toutes ses divisions.

En outre, les valeurs financières, et autres, ont enregistré une vague de changements des recommandations des analystes et d'objectifs de cours:

  • Crédit Suisse a relevé sa recommandation sur BNP Paribas de "neutre" à "surperformance", et a abaissé son objectif de cours de 50€ à 40€. Sa recommandation sur Société Générale a été relevée de "sous-performance" à "neutre", abaissant l'objectif de cours de 27€ à 19€. Crédit Suisse a également abaissé son objectif sur Crédit Agricole de 15€ à 10,50€.
  • Barclays a relevé sa recommandation sur Amundi de "sous-pondérer" à "pondération en ligne" et a abaissé l'objectif de 70€ à 65€.
  • Deutsche Bank a abaissé son objectif de cours sur Amundi de 75€ à 62€.
  • RBC relève son objectif de cours sur Peugeot de 4€ à 13€.
  • Oddo BHF confirme sa recommandation "neutre" sur Seb, et maintient son conseil à l'achat sur Airbus mais abaisse son objectif de cours de 90€ à 78€.

Calendrier économique du jour

Enfin, on notera qu'après un début de semaine très léger du point de vue du calendrier économique, ce jeudi sera beaucoup plus chargé. On attendra en effet à 14h30 les inscriptions au chômage US de la semaine dernière. Le consensus anticipe 5,25 millions d'inscriptions au chômage, après 6,6 millions la semaine précédente, et 3,2 millions la semaine d'avant.

Les inscriptions hebdomadaires au chômage sont actuellement considérées comme l'indicateur le plus fiable de l'impact de la pandémie de coronavirus sur l'économie US, et sera donc surveillé de très près.

Simultanément, les investisseurs devront aussi surveiller l'indice des prix à la production US du mois de mars, qui devrait selon les prévisions s'afficher à 0,1%, après -0,3% le mois précédent.

Enfin, à 16h00, il faudra surveiller l'indice de confiance des consommateurs US selon l'Université du Michigan. Le consensus prévoit une chute de l'indice à 75 points, après 89,1 le mois précédent.

La réunion de l'OPEP+ attendue

Le pétrole a grimpé après que l'Algérie a confirmé hier soir que la réunion d'urgence de l'OPEP+ prévue aujourd'hui discutera d'une réduction de la production de 10 millions de barils par jour.

Un accord sans précédent entre les plus grands producteurs mondiaux visant à réduire la production s'est rapproché après que la Russie a signalé qu'elle était prête à procéder à des réductions de production.

Les espoirs sur le coronavirus se sont atténués

Les derniers chiffres d'infection provenant des points chauds de l'Europe en matière de virus réduisent les espoirs d'assouplissement des mesures de confinement.

L'Italie et l'Espagne ont toutes deux enregistré le plus grand nombre de nouveaux cas en quelques jours, tandis que le Royaume-Uni a annoncé un nombre record de décès dus au coronavirus, le Premier ministre britannique Boris Johnson étant resté en soins intensifs, bien que son état se soit amélioré.

Il est aussi inquiétant de constater que de nouvelles recherches sur l'épidémie en Chine suggèrent que la maladie se propage plus rapidement que ce que l'on pensait auparavant.

5 000 milliards de dollars de dégâts face à la pandémie

La pandémie de coronavirus devrait priver l'économie mondiale de plus de 5 000 milliards de dollars de croissance au cours des deux prochaines années. C'est l'avertissement lancé par les banques de Wall Street, alors que les fermetures d'usines plongent le monde dans sa plus grave récession en temps de paix depuis les années 1930.

Bien que l'on prévoie que le ralentissement sera de courte durée, il faudra du temps aux économies pour rattraper le retard. Même avec d'importantes mesures de relance monétaire et budgétaire, le produit intérieur brut ne retrouvera probablement pas sa tendance d'avant la crise avant au moins 2022. Un modèle de récession américain confirme qu'un ralentissement est déjà en cours.

Avertissement: Les données fournies fournissent des informations supplémentaires concernant toutes les analyses, estimations, pronostics, prévisions, examens de marché, perspectives hebdomadaires ou autres évaluations ou informations similaires (ci-après dénommée "Analyse") publiées sur le site web d'Admiral Markets. Avant de prendre toute décision d'investissement, veuillez prêter une attention particulière aux points suivants :

  1. Ceci est une communication marketing. Le contenu est publié à des fins d'information uniquement et ne doit en aucun cas être interprété comme un conseil ou une recommandation d'investissement. Il n'a pas été préparé conformément aux exigences légales visant à promouvoir l'indépendance de la recherche en investissements, et qu'il n'est soumis à aucune interdiction de traitement avant la diffusion de la recherche en investissements.
  2. Toute décision d'investissement est prise par chaque client seul, tandis que Admiral Markets UK Ltd (Admiral Markets) n'est pas responsable de toute perte ou dommage résultant d'une telle décision, qu'elle soit fondée ou non sur le contenu.
  3. Afin de protéger les intérêts de nos clients et l'objectivité de l'analyse, Admiral Markets a établi des procédures internes appropriées pour la prévention et la gestion des conflits d'intérêts.
  4. L'Analyse est préparée par un analyste indépendant (Ghiles Guezout) sur la base des estimations personnelles de Ghiles Guezout (Analyste Financier).
  5. Bien que tous les efforts raisonnables soient déployés pour s'assurer que toutes les sources du contenu sont fiables et que toutes les informations sont présentées, dans la mesure du possible, de manière compréhensible, opportune, précise et complète, Admiral Markets ne garantit pas l'exactitude ou l'exhaustivité des informations contenues dans l'Analyse.
  6. Les performances passées ou modélisées des instruments financiers indiquées dans le contenu ne doivent pas être interprétées comme une promesse, une garantie ou une implication expresse ou implicite d'Admiral Markets pour toute performance future. La valeur de l'instrument financier peut à la fois augmenter et diminuer et la préservation de la valeur de l'actif n'est pas garantie.
  7. Les produits à effet de levier (y compris les contrats de différence) sont de nature spéculative et peuvent entraîner des pertes ou des profits. Avant de commencer à négocier, veuillez vous assurer que vous comprenez parfaitement les risques encourus.
Ghiles Guezout
Ghiles Guezout
Analyste Marchés, Admirals France

Analyste marchés, Ghiles Guezout a accompagné des centaines de traders débutants avant de rejoindre Admirals, il pratique une approche très pédagogique dans ses analyses, de sorte que tout le monde puisse comprendre et apprendre le trading !