Les Valeurs Technologiques Tirent Wall Street vers le Haut sur Fond de Réassurance des Investisseurs

Janvier 12, 2022 15:50

La semaine dernière, la Réserve fédérale a publié le compte rendu de sa réunion de décembre, qui laissait entendre qu'elle pourrait agir plus tôt et plus agressivement que les marchés ne l'avaient prévu pour lutter contre la hausse de l'inflation aux États-Unis.

Cette révélation a provoqué une baisse généralisée des actions américaines, notamment dans le secteur technologique, qui a duré plusieurs jours et entraîné dans sa chute les principaux indices de Wall Street.

Hier, le président de la Réserve fédérale, Jerome Powell, s'est exprimé devant le Senate Banking Committee lors de son audition de confirmation (réunion organisée par le Sénat pour recueillir des informations sur les candidats à des fonctions fédérales nommés par le président des États-Unis) et ses commentaires ont rassuré les investisseurs. Bien qu'il ait confirmé que la Fed prendrait des mesures pour freiner la hausse de l'inflation avant qu'elle ne devienne incontrôlable, le sentiment d'urgence que beaucoup avaient interprété dans les minutes de décembre n'était pas si évident. En d'autres termes, une hausse spectaculaire des taux d'intérêt pourrait ne pas être nécessaire ni imminente.

En réaction à ces nouvelles, les actions US ont rebondi, le Dow Jones, le S&P 500 et le Nasdaq 100, à forte composante technologique, progressant respectivement de 0,51%, 0,92% et 1,47%.

Ce rebond a été mené par les valeurs technologiques qui, comme nous l'avons déjà mentionné, ont été particulièrement touchées par le sell-off de la semaine dernière. La plus grande entreprise du monde, Apple, qui est entrée dans l'histoire en devenant la première entreprise à dépasser une capitalisation boursière de 3 000 milliards de dollars au cours des deux premiers jours de bourse de l'année, a chuté de 7,5% la semaine dernière après la publication des minutes de décembre. Hier, cependant, le cours de l'action du géant de la technologie s'est redressé de 1,68%.

Les taux d'intérêt et les actions ont tendance à avoir une corrélation inverse, ce qui explique les baisses de la semaine dernière, mais les valeurs technologiques sont particulièrement sensibles à la perspective d'une hausse des taux d'intérêt. Cela découle du fait que les valorisations dans ce secteur ont tendance à être fondées en grande partie sur la perspective de bénéfices futurs, qui sont donc affectés négativement par une hausse des taux d'intérêt.

Pourquoi cela ?

Tout d'abord, la hausse des taux d'intérêt augmente le coût des emprunts, ce qui signifie que les entreprises devront payer davantage pour assurer le remboursement de leur dette. Cela a donc pour effet d'augmenter leurs coûts d'exploitation et d'affecter leur rentabilité.

Ensuite, des taux d'intérêt plus élevés augmentent le montant que les individus reçoivent pour le simple stockage de leur argent à la banque, les incitant à épargner au lieu de le dépenser. En d'autres termes, des taux d'intérêt plus élevés entraînent une baisse de la consommation, ce qui se traduit par une diminution des ventes pour les entreprises, ce qui aura naturellement un impact sur leurs bénéfices.

Enfin, et c'est probablement le point le plus important pour les valeurs technologiques, la pratique standard des investisseurs professionnels consiste à accorder moins d'importance aux bénéfices futurs. En effet, on considère qu'un dollar de bénéfice aujourd'hui a plus de valeur qu'un dollar de bénéfice dans les années à venir. Dans ce calcul, le taux d'intérêt joue un rôle important - et plus le taux d'intérêt est élevé, moins les bénéfices futurs sont considérés comme rentables. Dans la mesure où les valeurs technologiques affichent souvent des bénéfices faibles ou nuls aujourd'hui et des bénéfices potentiels énormes à l'avenir, les hausses de taux ont tendance à avoir un impact plus important sur ces dernières.

Bien que les commentaires de Powell aient rassuré les marchés pour le moment, les dernières données sur l'inflation aux États-Unis doivent être publiées aujourd'hui à 14h30. L'indice des prix à la consommation (IPC) devrait s'établir à 7%, mais s'il venait à être plus élevé que cela, nous pourrions assister à une nouvelle chute des valeurs technologiques telles qu'Apple cet après-midi.

En outre, alors que l'incertitude sur les plans de la Fed pour lutter contre l'inflation demeure, nous sommes susceptibles de continuer à voir de la volatilité à Wall Street.

Source : MetaTrader 5 Admirals, Apple, graphique D1 – Période : du 12 mai 2021 au 11 janvier 2022, consultée le 12 janvier 2022 – Veuillez noter : Les rendements passés ne sont pas une indication fiable des résultats futurs.

Évolution du prix de l’action Apple sur les 6 dernières années : 

Source : MetaTrader 5 Admirals, Apple, graphique W1 – Période : du 12 juillet 2015 au 11 janvier 2022, consultée le 12 janvier 2022 – Veuillez noter : Les rendements passés ne sont pas une indication fiable des résultats futurs.

Tradez les CFDs sur actions avec Admirals

Avec le compte Trade.MT5 d’Admirals, vous pouvez trader des Contrats pour la Différence (CFDs) sur le Dow, le S&P 500, le Nasdaq 100, Apple et bien d'autres indices boursiers et actions individuelles du monde entier ! Les CFDs permettent aux traders d'essayer de profiter des marchés haussiers et baissiers, ainsi que d'utiliser un effet de levier. Cliquez sur la bannière ci-dessous pour ouvrir un compte Trade.MT5 dès aujourd'hui :

La première plateforme multi-actifs au monde

TÉLÉCHARGER MT5 GRATUITEMENT

 

INFORMATIONS SUR LES MATÉRIAUX ANALYTIQUES : 

Les données fournies fournissent des informations supplémentaires concernant toutes les analyses, estimations, pronostics, prévisions, analyses de marché, perspectives hebdomadaires ou autres évaluations ou informations similaires (ci-après « Analyse ») publiées sur les sites Web des sociétés d'investissement Admirals opérant sous la marque Admirals (ci-après « Admirals») Avant de prendre toute décision d'investissement, veuillez prêter une attention particulière aux éléments suivants : 

  • Ceci est une communication marketing. Le contenu est publié à titre informatif uniquement et ne doit en aucun cas être interprété comme un conseil ou une recommandation d'investissement. Il n'a pas été préparé conformément aux exigences légales visant à promouvoir l'indépendance de la recherche en investissement, et qu'il n'est soumis à aucune interdiction de traiter avant la diffusion de la recherche en investissement. 
  • Toute décision d'investissement est prise par chaque client seul, tandis qu'Admirals ne sera pas responsable de toute perte ou dommage résultant d'une telle décision, qu'elle soit ou non basée sur le contenu. 
  • Dans le but de protéger les intérêts de nos clients et l'objectivité de l'Analyse, Admirals a établi des procédures internes pertinentes pour la prévention et la gestion des conflits d'intérêts. 
  • L'Analyse est préparée par un analyste indépendant, Roberto Rivero (analyste), (ci-après « l'Auteur ») sur la base de leurs estimations personnelles. 
  • Bien que tous les efforts raisonnables soient déployés pour s'assurer que toutes les sources du contenu sont fiables et que toutes les informations sont présentées, dans la mesure du possible, de manière compréhensible, opportune, précise et complète, Admirals ne garantit pas l'exactitude ou l'exhaustivité de tout informations contenues dans l'analyse. 
  • Tout type de performance passée ou modélisée d'instruments financiers indiqué dans le contenu ne doit pas être interprété comme une promesse, une garantie ou une implication expresse ou implicite par Admirals pour toute performance future. La valeur de l'instrument financier peut à la fois augmenter et diminuer et la préservation de la valeur de l'actif n'est pas garantie. 
  • Les produits à effet de levier (y compris les contrats de différence) sont de nature spéculative et peuvent entraîner des pertes ou des bénéfices. Avant de commencer à trader, assurez-vous de bien comprendre les risques encourus
Roberto Rivero
Roberto Rivero Rédacteur Finance, Admirals Londres

Roberto a passé 11 ans à concevoir des systèmes de trading et de prise de décision pour les traders et les gestionnaires de fonds et 13 ans supplémentaires chez S&P, travaillant avec des investisseurs professionnels.